→ Xbox réitère son soutien aux studios indépendants via trois jeux prometteurs – Reviews












Xbox réitère son soutien aux studios indépendants via trois jeux prometteurs














Thibaut Popelier

Depuis de nombreuses années et l’ère de la Xbox 360, Microsoft voue un soutien sans faille aux créateurs indépendants. Et l’arrivée des Xbox Series X|S sur le marché n’a fait qu’amplifier cette dynamique, comme nous avons pu le constater à l’occasion d’une conférence en ligne visant à présenter trois jeux bénéficiant du programme ID@Xbox .

Microsoft plus que jamais à l’écoute des studios indépendants

Avant de nous arrêter sur les titres dévoilés durant cette conférence, rappelons que le label ID@Xbox a été inauguré par le constructeur américain lors de la Gamescom 2013. Le but du programme est simple : permettre aux développeurs indépendants de publier eux-mêmes leur produit de façon dématérialisée au sein de l’écosystème Xbox et Windows 10 .

À ses débuts, ce programme rassemblait 50 créateurs…

Aujourd’hui, 4 000 studios ont eu l’opportunité de s’épanouir à travers ID@Xbox et plus de 2 000 jeux ont ainsi vu le jour pour un beau total de 2 milliards de dollars de recettes. Aussi, notons que plus de 50 % de ces développeurs sont implantés en Europe ; les trois jeux qui se sont illustrés lors de la présentation de cette semaine viennent d’ailleurs du Vieux Continent.

Edge of Eternity : un JRPG créé en France

Attendu sur PC (via Steam ) pour sa sortie en accès anticipé le 8 juin prochain, Edge of Eternity sortira également sur les consoles Xbox au cours du quatrième trimestre 2021 (et sera disponible dans le Xbox Game Pass). Développé par le Midgar Studio de Nîmes, ce titre fait figure d’hommage aux JRPG des années 90.

L’aventure se déroule dans le monde d’Heryon où une maladie mortelle s’est répandue en contaminant la faune et la flore. Que ce soit au niveau de son esthétique ou de ses mécaniques de gameplay, le jeu s’inspire de plusieurs licences célèbres comme Final Fantasy, Xenoblade, Lost Odyssey ou encore Breath of Fire.

La séquence de gameplay que nous avons pu visionner s’attardait particulièrement sur le système de combat au tour par tour. Mais celui-ci est plus stratégique qu’il n’y paraît. Le joueur doit placer lui-même ses combattants (jusqu’à six) sur le champ de bataille. Le placement est important puisqu’il peut déboucher sur des actions bien spécifiques comme frapper un adversaire dans le dos, esquiver une attaque ou encore tendre des pièges.

Edge of Eternity comprend aussi de nombreux éléments connus des fans de RPG. Des montures permettent de se déplacer, le crafting sert à fabriquer de l’équipement et l’exploration est encouragée pour dénicher des trésors dispersés un peu partout. Environ 15 biomes (montagnes, villes, jungles, forêts, déserts…) seront de la partie et la durée de vie devrait avoisiner les 40-50 heures sans nécessairement accomplir toutes les quêtes secondaires.

De ce que nous avons pu en voir, Edge of Eternity semble prometteur. La direction artistique est réussie, le système de combat bien pensé et les quelques musiques entendues très plaisantes. Reste à voir si l’histoire gardera son intérêt au fil de l’aventure.

Petit bémol à apposer aux animations faciales des personnages, qui paraissent assez sommaires. Mais nous attendrons d’en voir plus pour juger !

The Ascent : du cyberpunk indépendant mais très ambitieux

Changeons de registre avec The Ascent, un action-RPG développé par 12 personnes chez Neon Giant. Le jeu sortira sur Xbox One et Xbox Series X|S cette année (et inclus dans le Game Pass au lancement).

Là encore, une séquence de gameplay a été diffusée afin de mettre en lumière les combats nerveux et omniprésents de ce titre optant pour une vue isométrique. L’histoire prend place au cœur d’un monde cyberpunk qui vient de s’effondrer. Les gangs et les entreprises malintentionnées nous pousseront bien souvent à la violence au cours des missions. Mais le jeu est bien plus qu’un simple shooter, nous invitant à dérouiller tout ce qui bouge.

En effet, The Ascent fait montre d’une réelle profondeur avec des cinématiques plutôt jolies, des dialogues travaillés, la possibilité personnaliser notre avatar de la tête aux pieds ou encore le fait de pouvoir jouer en coopération. Dans ce cas de figure, les ennemis deviendront plus puissants.

Aussi, le jeu ne manquera pas de traiter des sujets de société comme le capitalisme et le transhumanisme. Pour faire simple, et malgré son statut de production indépendante, The Ascent semble rassembler nombre d’éléments qui font la force des jeux à gros budget.

Autre fait surprenant, la modélisation des environnements n’est absolument pas archaïque malgré le positionnement de la caméra (vue isométrique). La ville se paiera même le luxe d’être relativement ouverte, avec ses nombreux habitants qui apportent beaucoup de vie aux rues futuristes. L’esthétique fait forcément penser à celle du récent Cyberpunk 2077 mais elle n’en garde pas moins une identité propre.

Là encore, cette première approche de The Ascent aura été concluante. Bien évidemment, ce n’est que manette entre les mains que nous pourrons donner notre verdict final.

Espérons que la progression ne sera pas trop répétitive puisque le jeu se concentre en grande partie sur son action débridée. Pour l’heure, le titre de Neon Giant nous a paru extrêmement ambitieux et nous avons hâte d’en voir davantage.

12 Minutes : un thriller interactif et hollywoodien

Place à ce qui est sans doute le plus célèbre des trois jeux ID@Xbox de l’événement. Pour rappel, 12 Minutes a été annoncé sur la scène de Microsoft durant l’E3 2019.

C’est un thriller se déroulant dans un simple appartement. Sans trop en dire, le joueur se retrouve bloqué dans une boucle temporelle qui dure, eh bien, douze minutes. Alors qu’il se prépare à passer une bonne soirée avec sa femme, notre protagoniste est interrompu par un homme faisant irruption dans le petit studio. Ce sera au joueur d’expérimenter pour sortir de cette situation tendue.

Lors de la présentation, le directeur créatif, Luis Antonio, a souligné une information pour le moins inhabituelle pour un jeu vidéo : en effet 12 Minutes n’est pas vraiment un jeu mais plutôt un thriller interactif et psychologique. Le joueur n’a pas grand chose à faire si ce n’est se déplacer dans l’appartement, ramasser des objets et parler avec la compagne du protagoniste.

Chaque décision aura des répercutions sur le cours des événements et ramasser un objet ouvrira parfois de nouvelles pistes. Arriver au terme des douze minutes ou mourir lancera une énième boucle et notre héros aura parfaitement conscience d’être coincé dans celle-ci.

Puisque 12 Minutes mise beaucoup sur son scénario, nous n’allons rien vous révéler de plus. Sachez simplement que l’autre atout majeur du soft se trouve dans son casting, qui nous vient tout droit d’Hollywood. Willem Dafoe, Daisy Ridley et James McAvoy y incarnent les trois personnages de l’aventure. Un bon moyen d’ajouter de la dramaturgie à l’atmosphère déjà suffocante du soft.

Luis Antonio souhaite produire un jeu accessible et doté d’un concept assez différent de ce qui existe, surtout en ce qui concerne la fin de l’histoire… Car c’est le joueur qui s’arrêtera de lui-même, au lieu d’être stoppé par un banal générique à l’écran.

Il faut bien l’admettre, 12 Minutes intrigue et semble renfermer bien des surprises. Les choix opérés ont l’air de peser lourdement sur la progression et l’ambiance est assez bluffante malgré des graphismes minimalistes et l’impossibilité de voir le visage des personnages… La faute à une caméra n’offrant qu’une vue de dessus. Cela semble toutefois ne gâcher en rien l’immersion déjà perceptible à travers une simple vidéo de gameplay.

Aucune date de sortie officielle n’est annoncée pour l’instant mais 12 Minutes devrait sortir très bientôt sur les machines Xbox et PC.


Microsoft et les partenaires peuvent être rémunérés si vous achetez quelque chose en utilisant les liens recommandés dans cet article.