[GET] Fake Trump – Review

Hippolyte Girardot revient sur le discours de Trump après les évènements du Capitole…

Vous saviez que les supporters de Trump, quand ils ont entendu et vu son discours d’apaisement après le cirque au Capitole ont pensé que c’était un fake ? Vu ce qu’il disait et comment il le disait – cela dit, c’est vrai que ça faisait assez parole d’otage – ses fans ont cru que ça n’était pas Trump himself mais un clonage, un effet spécial, aussi réussi qu’un dinosaure de Jurassic park. Cette théorie conspirationniste a duré jusqu’au moment où Trump a tweeté avec des majuscules que :

75 millions d’américains ne seront pas injustement traités de quelque façon, quelque forme ou quelque manière que ce soit

ce qui ne veut rien dire, on est d’accord, mais prouvait bien que c’était le vrai Trump qui l’avait écrit. Car le vrai crime de Trump c’est ce qu’il a fait à la vérité, une vertu cardinale aux  Etats Unis. Enfin c’est ce qu’ils ont réussi à faire croire au monde, notamment face à l’URSS, spécialiste du mensonge d’Etat. Mais depuis Trump, et surtout depuis qu’il a réussi à faire croire à 75 millions d’américains que l’élection leur avait été volé, la démocratie a les chocottes. Parce que si le président des Etats-Unis peut faire croire n’importe quoi , ce n’est pas Trump qui a un problème mais tous les futurs présidents.  

Heureusement, ce grand menteur fait des conneries comme l’autre jour, a du sang sur les mains, en devient vulnérable, c’est la fenêtre de tir qu’il manquait, on peut enfin le shooter. S’en débarrasser va réjouir à peu de frais la base démocrate mais est ce que ça va rétablir la vérité ? Quand on regarde ici comment la parole du ministre de la santé a été dévalué depuis Buzin, désormais à l’OMS, mon dieu priez qu’il n’y ait pas de grippe, qu’on voit les anti vaccs prendre le pouvoir médiatique, on n’est pas très certain que guillotiner Trump suffise à crédibiliser Biden.  

Ce qui est génial chez ce type, en fait ce pauvre type, c’est qu’il ne pense pas mentir, il dit sa vérité, et il y croit le premier. D’ailleurs, mentir exige du savoir faire, de la mémoire, c’est un travail beaucoup plus fatigant que dire la vérité. Même si elle est fausse. Ses fans ont bien vu le mal qu’il avait à leur dire qu’attaquer le capitole était une erreur. Ils ne l’ont pas cru. Et si l’Amérique a peur, c’est que si Trump est un Alien monstrueux, c’est que vous ne connaissez pas ses parents : les USA, qui l’ont fait roi, depuis la télé réalité jusqu’à l’arrivée à la maison blanche avec une fortune de dettes. 

Ça me fait penser à Scarface. Dans une scène célèbre, Toni Montana, incarné jusque dans ses os par Al Pacino,  gangster parvenu, dine dans un restaurant huppé, un lieu symbolisant la réussite américaine. Il est saoul, en colère et il insulte les bourgeois attablés, un petit monde qui ne l’acceptera jamais malgré son fric. Il termine par cette phrase que Trump pourrait faire sienne.  Always tells the truth qu’on peut traduire par :

Moi,  je dis toujours la vérité , même quand je mens. Alors dites bonne nuit au méchant, c’est la dernière fois que vous verrez un méchant comme ça, moi j’vous l’dis. 

Toni Montana peut nous l’dire, je suis pas sur qu’il dise la vérité, suis pas bien sur que les bad guys ne reviennent pas.  Plutôt que le démissionner, l’impeacher ou je ne sais quoi , ils devraient l’enfermer en tôle avec le mec au chapeau à cornes et ses copains « proud boys ». Lui le riche de Wall Street super trouillard avec ses types qui dorment avec leur kalach, pourrait finir comme le magistrat dans la chanson de Brassens, où un gorille en rut poursuit une femme centenaire et un magistrat pour assouvir son désir. 

[GET] Fake Trump – Review
4.9 (98%) 32 votes