[GUIDE] Le président du Fenix Toulouse Handball heureux du retour des spectateurs le 19 mai : « 800 supporters motivés, ça fait du bruit ! » – Avis

l’essentiel
Philippe Dallard, l’homme fort du handball toulousain se réjouit du retour annoncé du public dans les enceintes sportives. Un retour salvateur au Fenix, au cœur d’une fin de saison palpitante. D’ici début juin, fin du championnat, les joueurs pourront se produire trois fois devant leurs supporters.   

Un président HEU-REUX. Jeudi 29 avril, la fin de saison de Philippe Dallard, président du Fenix Handball Toulouse, a basculé. Oui, le public va être autorisé, sous conditions, à garnir à nouveau les travées du Palais des Sports André-Brouat, à partir du 19 mai.

Le Fenix est particulièrement concerné puisque, d’ici la fin de la saison, trois rencontres avec public pourront ainsi se tenir à domicile : Toulouse – Chartres, le week-end du 21 mai ; Toulouse – Montpellier le week-end du 1er juin ; et Toulouse – Ivry le week-end du 4 juin. 

Enthousiasme, excitation, même. Philippe Dallard nous raconte..

Vous avez participé ce vendredi midi à une réunion avec les présidents des autres clubs de Starligue. Qu’en est-il ressorti ?

De première informations nous arrivent, avec parcimonie. Le ministère des Sports nous indique ce matin, une réouverture des salles à partir du 19 mai, avec une jauge à hauteur de 35% du potentiel, jusqu’à 800 personnes maximum. Notre salle a une capacité de 4 000 personnes, donc nous, nous serons au seuil de ces 800 personnes.

On vous imagine satisfait de pouvoir accueillir à nouveau du public pour la fin de la saison. Comment avez-vous reçu cette nouvelle ?

On ne l’a pas vue arriver ! On s’était fait à l’idée de finir la saison à huis clos. On a donc accueilli ça avec beaucoup de plaisir. Il y a une réelle frustration depuis des mois. C’est d’abord très bien pour le club, la compétition, les joueurs mais aussi les supporters et le grand public, qui vont enfin pouvoir revenir encourager leur club préféré. C’est aussi le sens d’une nouvelle vie qui nous attend, avec le retour à la normale qu’on espérait depuis longtemps.

« Le pass sanitaire sera difficile à mettre en place »

D’autant que pour le Fenix, il y a un enjeu important : vous pouvez encore accrocher une qualification européenne…

Les trois matchs à domicile vont compter, j’espère qu’on sera dans le coup. Si ça tourne bien, notre fin de saison peut être exceptionnelle alors si on peut la partager avec le public et sa ferveur… Cette année, certains de nos matchs ont mal tourné dans les ultimes instants, et on se dit parfois que, s’il y avait eu du public, ça aurait pu tourner dans l’autre sens.

Pour accéder à la salle, les spectateurs devront prouver qu’ils ne sont pas porteurs du virus via un pass sanitaire. Que pensez-vous de cette mesure annoncée à partir du 9 juin ?

Je pense qu’il n’y aura pas de pass sanitaire, pour nous, d’ici la fin de saison. Je n’ai aucun problème avec ce principe, mais comment contrôler qui a été vacciné ? Qui ne l’a pas été ? Je pense que ça peut devenir anticonstitutionnel. Selon moi, pour le handball sur cette fin de saison, ce sera difficile à mettre en place. Nous serons peut-être concernés à partir du mois de septembre, après le foot et le rugby qui devraient voir ce principe s’appliquer avant.

Il y a aussi la question du couvre-feu. Les trois rencontres à domicile dont nous parlons devaient démarrer à 19h ou 20h. Un peu tard pour que tout le monde soit rentré chez soi à 21h (heure du couvre-feu à partir du 19 mai, 23h à compter du 9 juin). Vous allez demander à jouer plus tôt ?

Des discussions doivent se tenir, dès aujourd’hui avec les médias diffuseurs (dont beIN Sport, NDLR). Il va falloir démarrer les rencontres à 17h ou 18h. 

« Une vraie boulimie de nous « re-shooter » à l’optimisme »

Ce retour du public, c’est un soulagement côté finances ?

Non. On va livrer une prestation due, tout simplement. Les 800 personnes, ça va être beaucoup de partenaires, des abonnés annuels… Il n’y aura aucune rentrée d’argent.

Financièrement, quelle est la situation financière du club ?

Je n’ai pas chiffré le manque à gagner. En ce moment, côté billetterie, on fait zéro. Côté partenariat, on va faire entre -30 et -40%. On a perdu beaucoup d’argent lors de notre parcours en Coupe d’Europe en début de saison. L’inquiétude, elle porte plus sur la saison prochaine. Cette année, nous avons les aides, et l’absence de frais d’organisation des matchs.

Depuis l’annonce d’Emmanuel Macron, c’est l’effervescence au club ? Tout s’accélère pour être en mesure d’accueillir le public ? Racontez-nous…

Ce matin, j’étais en réunion, j’enchaîne sur une autre. Les équipes sont au boulot, elles sont super motivées. Revoir le public, nos clients, partager, c’est chouette quand même ! On a besoin de partager à nouveau au quotidien. Mais attention, on a aussi appris à ne pas s’emballer trop vite. Attendons les détails des autorités.

Le club reprend vie, en quelque sorte…

Les beaux jours arrivent, la vaccination est là, les terrasses, la culture, tout va rouvrir. On a été résilient, on a tout accepté pendant un an. Demain, la vie sera belle et nous, on sera dans les livres d’Histoire. D’économie, aussi ! Ce sera un bon sujet de Master : « Comment faire fonctionner une économie en période de pandémie ? » (Rires). Mais maintenant, il est temps que ça s’arrête. Nous possédons une vraie boulimie de nous « re-shooter » à l’optimisme.

[GUIDE] Le président du Fenix Toulouse Handball heureux du retour des spectateurs le 19 mai : « 800 supporters motivés, ça fait du bruit ! » – Avis
4.9 (98%) 32 votes